Aucun élément dans la barre supérieure

Christine Le Nabour-Cloarec
Députée de la 5ème Circonscription d'Ille-et-Vilaine

Aucun élément dans la barre supérieure

A CORPS-NUDS POUR PARLER EDUCATION ET GRAND-AGE.

17 Jan 2022 Christine Cloarec En circonscription

Je me suis rendue à Corps-Nuds à l’invitation de Monsieur le maire Alain PRIGENT, ce lundi 17 janvier 2022. L’occasion de faire un point sur l’actualité de la commune, et d’échanger plus précisément sur la prise en charge des enfants en situation de handicap à l'école et l'hébergement des personnes âgées.

Après un tour d’horizon rapide des projets de la commune sur lesquels nous avions déjà échangés le 21 avril dernier à l’occasion de ma venue en mairie dans le cadre de mes visites dans les communes de la circonscription, nous nous sommes rendus à l’école publique Jacques-Yves COUSTEAU pour un entretien avec la directrice Mme Laurence LEROY-DUCLOS. Avec elle, nous avons évidemment échangé sur la mise en œuvre des protocoles sanitaires en cette rentrée scolaire : des protocoles indispensables

au maintien des écoles ouvertes, mais qui ne sont pas sans poser des difficultés quant à l’organisation (pour les équipes pédagogiques comme pour les parents). Des difficultés qui ont été entendues, avec un allégement acté dès la 1ère semaine.

Mme LEROY-DUCLOS a souhaité m’alerter sur les difficultés d’accompagnement des enfants en situation de handicap. L'embolisation du système d'accueil et d'accompagnement des enfants en situation de handicap qui touche particulièrement l'Ille-et-Vilaine participe à la souffrance de certains enfants et leur famille. En effet, certaines reçoivent, pour leur enfant, des notifications de la MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées) tardives et inadaptées. Des enfants se voient donc attribués une année dérogatoire en milieu scolaire ordinaire avec un accompagnement via un AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de handicap) sur un nombre d’heures défini. Une offre qui peut effectivement montrer ses limites, notamment en raison d’un manque global d’AESH ; Une pénurie qui nous oblige à poursuivre la réflexion sur l'attractivité du métier. Il nous faut trouver des solutions pour répondre, entre autre, au manque exprimé de formation et soutien psychologique, aux temps de travail trop souvent proposés à temps partiel.

Dès 2017, la majorité a pris le sujet à bras le corps, avec une volonté affichée de faire de l’école inclusive une priorité et des mesures significatives :

  • Un service public de l'école inclusive, la création des Pôle inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL),
  • La création d'AESH référents, le renforcement de la formation continue, le recrutement par contrat de 3 ans, une revalorisation salariale et plus récemment la CDIsation au bout de 3 ans ou encore la mise en place d'un comité national consultatif des AESH.
  • 25 heures obligatoires dans le cadre de la formation initiale des étudiants ou fonctionnaires stagiaires se destinant aux métiers du professorat et de l'éducation concernant la scolarisation des élèves à besoins particuliers,
  • un numéro de téléphone national est à la disposition des familles pour les accompagner dans la scolarisation de leur enfant en situation de handicap : le 0805.805.110 (numéro vert).

Je me tiens informée régulièrement de l’évolution de la situation en Ille-et-Vilaine via le « Comité départemental de suivi de l’école inclusive ». Je note que la prise de conscience est désormais collective, avec un engagement de tous sur le sujet et une meilleure collaboration entre chacun. Je salue d'ailleurs la mise en place d’une équipe mobile ressource qui vient en soutien des professionnels sur le département.

L' action volontariste menée depuis 4 ans se traduit en chiffres au niveau national : 400 000 élèves en situation de handicap sont scolarisés cette année (+19% en 5 ans), et 125 000 AESH (+35% en 5 ans) sont répartis sur le territoire avec une meilleure formation et désormais un nouveau statut revalorisé. Force est de constater, au regard des réalités de terrain, que le chemin est encore long et que nous devons continuer à travailler et donner les moyens de notre ambition.

Avec M. le maire, nous nous sommes ensuite rendus à la Résidence Helena où nous avons été accueillis par Mme Anne-Laure OUVRARD - Coordinatrice. Située au cœur de ville, entre l’école et le multi-accueil « La Girafe », la résidence est adaptée aux personnes à mobilité réduite avec de larges couloirs et de grands espaces communs à l’image de la cuisine (photo). Pour y accéder : hall avec porte automatique, visiophone et contrôle d’accès par badge. Dans les 24 appartements type 2 et 3 avec balcon/terrasse, des douches à l’italienne avec siège, barres d’appui, WC adaptés... Une résidente a eu la gentillesse de nous ouvrir son appartement : la visite m’a permis de mesurer la qualité des prestations, avec un logement accessible, fonctionnel, lumineux, avec un bel espace. Des logements non médicalisés, attribués sous conditions de ressources, avec une liste d’attente qui a été mise en place au vu du succès de  la  résidence  Helena  depuis  sa  livraison

en 2019 ; Une réalisation qui est le fruit d’une volonté politique de Monsieur le maire et de son équipe municipale, en partenariat avec Espacil Habitat. Depuis, c’est une véritable communauté qui s’est créée, accompagnée par la coordinatrice présente sur place pour créer du lien social, et du lien intergénérationnel. Les résidents sont suivis dans leur parcours gérontologique, avec « un accompagnement à bien vieillir » via des ateliers sur la prévention des chutes, de travail sur la mémoire, ou encore autour de l’alimentation... Une action globale en lien avec le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) présent de longue date sur la commune. A noter également la mise en place d'éducateurs sportifs par la mairie. La résidence Helena est le parfait exemple de ce qui peut être mis en place, entre l’approche domiciliaire et l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes).

Preuve en est qu’avec une volonté politique locale et l'implication de tous les acteurs d'un territoire, il est plus simple et plus adapté de construire des solutions pour le bien vieillir. Des solutions qui doivent être valorisées et encouragées par une politique nationale qui a pour rôle d’ouvrir des perspectives. La création d’une 5ème branche de la sécurité sociale pour le financement de la dépendance, illustre cette volonté que je porte avec nombre de mes collègues à l’Assemblée nationale.


Articles similaires

Derniers articles

À CORPS-NUDS POUR LE LANCEMENT DE "CORPS-NUDS EN TRANSITION".

SEMAINE DU 25 AVRIL AU 1ER MAI 2022.

SEMAINE DU 18 AU 24 AVRIL 2022.

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.