Communiqués de presse / Prises de position

[COMMUNIQUÉ]

Le projet de loi EGALIM (Etats généraux de l’alimentation) qui vient d’être voté, porte clairement l’ambition du Gouvernement pour aller vers une alimentation plus saine, plus durable, et vers une amélioration du bien-être animal. Ce projet de loi met en œuvre des mesures fortes du programme présidentiel.

Ce vote fait émerger un débat qui n’est pas celui de l’interdiction du Glyphosate à laquelle je suis favorable, mais celui de l’inscription de celle-ci dans la loi. Je veux rappeler ici que notre ambition reste intacte. Une inscription dans la loi en mai 2018 n’aurait eu aucune influence et n’aurait pas accéléré la recherche scientifique pour des solutions alternatives.

Au vu du contexte, il est permis de s’interroger sur la motivation de ceux qui lancent ce débat qui n’est, rappelons-le à nouveau, pas celui de l’interdiction.

Le contexte est le suivant : Le 27 novembre 2017, le président de la République Emmanuel MACRON demandait « au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du Glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, au plus tard dans 3 ans ».

Où est donc le renoncement ?

- Où est le renoncement quand la France affiche son volontarisme sur le plan européen et obtient l’abaissement à 5 ans au lieu de 10, d’une nouvelle autorisation pour le Glyphosate dans toute l’Union Européenne ?
- Où est le renoncement quand la France, par la voix de Emmanuel MACRON, s’engage à l’interdire d’ici 3 ans sur son territoire?
- Où est le renoncement lorsque, sous les yeux du monde, le Président de la République s’engage de la sorte ?
- Alors que des pesticides sont régulièrement interdits par directives européennes ou par décrets lorsqu’il s’agit de la France, pourquoi le Glyphosate devrait-il faire l’objet d’une interdiction par une loi alors même que l’engagement est affirmé et ferme d’en sortir sous 3 ans ?

L’inquiétude des Français est légitime et je veux rappeler ma position favorable à l’interdiction du Glyphosate. Il nous faut pour cela créer les conditions de la réussite de cette transition sans déstabiliser nos filières agricoles. Avec le projet de loi EGALIM, nous avons adopté une feuille de route ambitieuse qui va créer les conditions pour une diminution de l’utilisation des pesticides. Je m’en réjouis en tant que députée de la 5ème circonscription d’Ille-et-Vilaine, et confirme mon engagement à accompagner cette transition.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.