Christine Cloarec-Le Nabour
Députée de la 5ème Circonscription d'Ille-et-Vilaine

SOLIDARITÉ : VISIOCONFÉRENCE AVEC LA FAS BRETAGNE.

En circonscription

Ce lundi 26 avril 2021, j’ai rencontré la Fédération des Acteurs de la Solidarité Bretagne afin d’évoquer les préoccupations et les perspectives des associations qu’elle représente concernant l’accueil, l’hébergement et l’insertion des personnes en situation de précarité.

J’ai ainsi échangé avec les représentants de :

  • l’ASFAD (Association pour l'Action Sociale et la Formation à l'Autonomie et au Devenir),
  • l’AIS 35 (Association pour l'Insertion Sociale d'Ille-et-Vilaine),
  • Coalia (qui agit en faveur des publics vulnérables, migrants, réfugiés, demandeurs d'asile, mineurs isolés, personnes âgées ou en situation de handicap),
  • l'Entourage Ille-et-Vilaine (qui développe notamment des contenus pédagogiques pour faire changer le regard de chacun sur la grande précarité et lever les freins qui empêchent d’aller vers les personnes SDF),
  • l’Association Saint-Benoit Labre (qui propose des solutions d'accueil, pour accompagner l'insertion et pour l'hébergement)
  • L’APE2A (Association pour la Promotion de l’Enfance de l’Adolescence et de l’Adulte, qui mène des actions éducatives, thérapeutiques et sociales au plus près des lieux de vie d’enfants, d’adolescents, d’adultes et de familles en situation de fragilité psychique, en difficulté sociale et / ou d’insertion)


Ces échanges ont été l’occasion d’évoquer de nombreux sujets :

Les associations constatent l’afflux conséquent de personnes en situation de précarité tout en déplorant la difficulté à trouver des hébergements et logements pour les publics qu'elles accueillent.

La faible capacité d’accueil et la non-disponibilité des logements sociaux rendent compliqué l’accompagnement des individus et des familles. Pour sortir de la précarité, l'accompagnement nécessite un accompagnement qui appréhende la personne dans sa globalité (santé physique et psychologique, logement, mobilité, emploi...).

Le financement de l’accompagnement des plus démunis pose aujourd’hui de nombreuses difficultés aux associations ; le nombre de places d’accueil a augmenté mais le prix de journée a diminué. Cet état de fait entraîne une diminution des moyens d’accompagnement social.

La petite enfance est une question importante : Avec la crise, les problématiques familiales ont explosé et les associations accueillent de nombreuses femmes, avec des enfants souvent en bas âge. L'accès aux soins est difficile. ces enfants doivent pouvoir bénéficier de consultations médicales rapidement. Les associations déplorent des délais trop longs pour l'accès des enfants accueillis à une première consultation médicale.

La situation des demandeurs d’asile : En Bretagne, le taux d’accueil des demandeurs d’asile est amené à progresser ; passant de 2% à 5%. Néanmoins, les associations déplorent l’absence de moyens pour accueillir convenablement les demandeurs d’asile sur le territoire et relèvent les difficultés des administrations à traiter tous les dossiers. Elles appellent à une certaine vigilance, les difficultés administratives ne doivent pas prendre le pas sur la situation de grande précarité dans laquelle sont encore trop de personnes en attente d’une régularisation.

Aujourd’hui, en matière de prévention et de lutte contre la pauvreté, nous manquons terriblement de données actualisées et consolidées. Depuis plusieurs mois, j’appelle de mes vœux la création d’Observatoires territoriaux qui permettraient, en plus des chiffres, de pouvoir faire une analyse fine des profils, des situations et parcours, de mettre en face des moyens de préventions et des solutions à apporter rapides et efficaces.

La mise en place du Service public de l'insertion et de l'emploi (SPIE) devrait nous aider à créer des communautés d'acteurs, réunissant les services de l'Etat, le service public de l'emploi, les collectivités et tous les acteurs de l'orientation, de la formation et de l'accompagnement, y compris les associations de solidarité. Après avoir interrogé le périmètre de ce SPIE, c'est par l'interconnaissance, la coopération et la coordination que nous réussirons le pari d'éradiquer la pauvreté dans notre pays.

Ces échanges ont bien confirmé que la culture de la coopération était forte en Ille-et-Vilaine, et qu’elle permet aux acteurs d’agir concrètement. C'est encourageant

En tant que Députée référente du suivi de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté en Bretagne, je poursuivrai mes échanges avec la Fédération des Acteurs de la Solidarité dans le courant de l’été afin de faire le point sur la situation des personnes les plus précaires, et d’appréhender les besoins des associations et de leurs équipes sur le terrain.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.