Christine Cloarec-Le Nabour
Députée de la 5ème Circonscription d'Ille-et-Vilaine

VISIO AVEC LE SYNDICAT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS ET ENCADRANTS DE LA DANSE.

À l'Assemblée Nationale

Ancienne professeure de danse sur le territoire de Vitré Communauté durant 18 ans, je connais bien le secteur de la danse et je suis particulièrement touchée par la situation des écoles de danse fragilisées par la durée de crise sanitaire.

Après avoir rencontré l’Union Danse Syndicat le 6 avril dernier, j’ai échangé ce vendredi 16 juillet 2021, avec le Syndicat Professionnel des Enseignants et Encadrants de la Danse (SPEED) et trois de ses représentants : Mario Grimaldi, Président ainsi que Marc Fabrici et Olivier Terisse, membres du Conseil d’Administration.

Les trois professeurs de danse de couple m’ont fait part des inquiétudes des professeurs et professionnels de la danse quant à la poursuite de leurs activités :

  • La reprise d’activité va être compliquée pour un grand nombre d’écoles de danse, et en particulier pour les écoles privées ;
  • Même si l’activité partielle pour les salariés peut être prolongée, le Fonds de Solidarité, lui, diminue en juin, juillet et août. La saisonnalité de la pratique de la danse fait que les écoles de danse ferment en juillet et en août, voire en juin pour certaines. La dégressivité du Fonds de Solidarité impacte fortement les écoles de danse privées qui voit leur trésorerie s'amenuiser. Certaines ont déjà fermé leurs portes, d’autres suivront si le gouvernement ne les aide pas. Le modèle économique de ces dernières doit être pris en compte ;
  • En raison des conditions sanitaires, la danse de couple a été interdite jusqu’au 1er juillet, pourtant les aides ont été diminuées de 15% dès le 1er juin. Le président de la République a été informé de cette problématique ;
  • Les associations ont pu bénéficier de l’aide financière des collectivités et du Fonds UrgencESS. En revanche, les écoles privées ont continué à payer leurs charges et leurs emprunts ;
  • Les écoles de danse, qu’elles soient publiques, associatives ou privées, constatent une diminution des pré-inscriptions pour la rentrée 2021. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène : perte de motivation des élèves, difficultés financières des familles, inquiétude sur les suites de la crise sanitaire et une potentielle fermeture des écoles ;
  • En 2020 et 2021, les événements et galas ont été annulés. L’année 2022 demeure incertaine et les collectivités ne peuvent donner les autorisations nécessaires à ce jour ;
  • La danse est un art mais qui se retrouve bien souvent à la limite entre culture, sport et loisir. Le secteur peine à trouver des interlocuteurs et des informations auprès des différents ministères ;
  • Dans le secteur rural, les écoles de danse manquent de professeurs diplômés d’Etat. Il nous faut parallèlement mieux contrôler les compétences des professeurs et encadrants et revoir la formation et la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ;
  • Les familles qui inscrivent leurs enfants dans des clubs de sport sont aidées, mais celles qui inscrivent leurs enfants dans des écoles de danse ne le sont jamais. Je vais porter l’idée d’un « Pass danse » auprès de la Commission des Affaires Educatives et Culturelles et du Gouvernement afin de favoriser la reprise de la pratique de la danse.

Les représentants du SPEED m’ont également alertée la difficulté à trouver des interlocuteurs et des informations auprès des différents ministères. La danse est une pratique à la limite de la culture, du sport et du loisir et il est aujourd’hui important de travailler sur la répartition des compétences ministérielles qui lui sont dédiées. Une Mission Flash portée par les Députées Fabienne Colboc (LREM) et Valérie Balzin-Malgras (LR) travaille actuellement à une meilleure répartition desdits compétences.

L’avenir du secteur de la danse est menacé. Le Gouvernement a soutenu massivement l’économie, mais il est aujourd’hui temps de faire de la « dentelle », d’aller au cas par cas et de prendre en considération les situations des écoles de danse qui peinent encore à entrer dans les critères des différentes aides.

Je me suis engagée à porter les revendications du Syndicat auprès du Gouvernement !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.