Aucun élément dans la barre supérieure

Christine Le Nabour-Cloarec
Députée de la 5ème Circonscription d'Ille-et-Vilaine

Aucun élément dans la barre supérieure

ENTRETIEN AVEC "LULU DANS MA RUE".

06 Oct 2021 Christine Cloarec À l'Assemblée Nationale

Ce mercredi 6 octobre 2021, j’ai rencontré M. Charles-Edouard Vincent, fondateur, et Mme Emma Virey, Directrice des Opérations, de L'EITI (Entreprise d'Insertion par le Travail Indépendant "Lulu dans ma rue").

Lulu dans ma rue est une plateforme créée en 2015 par Charles-Edouard Vincent sur le modèle d’une conciergerie de quartier solidaire. Elle met en relation des personnes en insertion – sous le statut de travailleurs indépendants – et des habitants d’un quartier en quête d’un service dans leur quotidien. En parallèle, l’entreprise propose un accompagnement social aux travailleurs qui en ressentent le besoin.

Les EITI constituent une 5ème catégorie de structures de l'insertion par l'activité économique (IAE) aux côtés des ateliers et chantiers d'insertion (ACI) des entreprises d'insertion (EI) des associations intermédiaires (AI) et des entreprises de travail temporaire d'insertion (ETTI). Il s'agit d'une expérimentation permise dans le cadre de la la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Cette forme d'entreprise fonctionne avec une activité d'entrepreneur individuel et permet à des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, d’exercer une activité professionnelle en bénéficiant d’un service de mise en relation avec des clients et d’un accompagnement.

L’objectif de Lulu dans ma rue est de « réinventer les petits boulots » et le travail indépendant. Peu considérés, ces statuts s’avèrent pourtant être une source d’indépendance et de remobilisation pour un grand nombre de personnes frappant à la porte de Lulu dans ma rue.

Entrez votre texte ici Entre 40 et 50% des « Lulus » bénéficient d'un accompagnement socio-professionnel adapté à leurs parcours et leurs attentes. Les travailleurs peuvent également suivre des formations afin d’acquérir des connaissances pratiques sur des problématiques du quotidien (gestion du surendettement, santé, etc.) mais aussi développer des compétences techniques essentielles aux missions qu’ils mènent.
Une des forces de cette entreprise est la mixité. Les travailleurs proviennent d'horizons très différents. Certains lulus sont là pour arrondir leurs fins de mois, d'autres voit cette activité comme un tremplin remobilisant vers une autre activité.

Aujourd’hui Lulu dans ma rue souhaite que l’expérimentation sur les Entreprises d’Insertion par le Travail Indépendant (EITI) soit prolongée et, à terme, entérinée dans la loi. Ayant montré son efficacité, les EITI doivent encore être évaluées par la Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation (DGEFP). Je me suis engagée auprès de M. Charles Edouard Vincent et Mme Emma Virey à soutenir leur demande auprès de mes collègues de l’Assemblée nationale et des ministères afférents.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.