Christine Cloarec-Le Nabour
Députée de la 5ème Circonscription d'Ille-et-Vilaine

NOUVELLE ETAPE DU DECONFINEMENT: MA RÉACTION.

Communiqués de presse / Prises de position

Le Premier ministre Edouard Philippe a précisé ce jeudi 28 mai 2020 les mesures assouplissant le plan de déconfinement engagé le 11 mai dernier. Des mesures très attendues mais qui ne doivent pas faire oublier que le virus circule toujours et que nous devons impérativement respecter les gestes barrière. Plus de liberté oui mais prudence et responsabilité.

Nous pouvons nous satisfaire du choix qui a été celui de la France, de baser sa stratégie sur le seul critère sanitaire.

Cette nouvelle étape du déconfinement est rendue possible par le comportement exemplaire de la population. Je le souligne car réseaux sociaux et chaines d'info braquent trop souvent les projecteurs sur des comportements marginaux qui ne sauraient être interprétés comme une généralité. Nous pouvons être plus que satisfaits que la Bretagne soit à nouveau donnée en exemple avec un taux de retour à l'école nettement supérieur à la moyenne nationale.

Les outils sanitaires qui permettent de dépister, tracer et isoler si besoin nous permettent aujourd'hui d'envisager les prochaines semaines avec davantage de sérénité. Ce mercredi, l’Assemblée nationale et le Sénat se sont prononcés favorablement pour le déploiement de l’application « Stop Covid ». Anonyme, transparente, temporaire et basée sur le volontariat, son utilisation sera un atout supplémentaire non négligeable dans la lutte contre la propagation de la Covid 19.

C’est également à la crise économique qu’il nous faut répondre. Après des mesures parmi les plus protectrices au monde mises en place durant le confinement, ce sont de nouvelles décisions qui viennent accompagner la reprise. À l’image du plan de soutien au secteur automobile annoncé par le président de la République mardi, je me réjouis que ces outils soient conditionnés à une adaptation toujours plus rapide de notre tissu productif à la cause environnementale.

Il nous faut avoir une attention particulière pour les petites entreprises et petits commerces en grande difficulté.

Notre vigilance est aussi sociale. La période de confinement a accentué l’isolement des personnes les plus vulnérables et les entreprises vont se tourner vers les plus agiles au risque de laisser sur le bord de la route les plus éloignés de l’emploi. Nous avons mis en place à l’assemblée nationale un groupe de travail sur le marché du travail et l’inclusion. Nous voulons, sur la base de concertations, être force de propositions pour accompagner les entreprises, soutenir l’accompagnement des personnes en difficulté d’insertion professionnelle et garantir les missions confiées aux Missions locales, au secteur de l’insertion par l’activité économique, aux structures accueillant les personnes en situation de handicap. Nous devons trouver des solutions pour inciter les entreprises à conserver leurs apprentis ou en accueillir des nouveaux, mais aussi des stagiaires et des étudiants lors de la saison estivale. En tant que députée de la commission des affaires sociales, vice-présidente de l’Union nationale des Missions locales et référente du Plan pauvreté pour la Bretagne, je porterai une attention particulière aux réponses apportées prochainement par le gouvernement qui devront permettre de poursuivre notre action en faveur de l’inclusion,de l’accompagnement des plus vulnérables et de l'émancipation par le travail.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.